Comment Pardonner ?

experimenter le pardon

Soyons honnêtes, le pardon est l’une des choses les plus difficiles au monde. Pourtant, même si notre colère ou notre rancœur est justifiée, refuser de pardonner est une erreur. Refuser de pardonner, c’est en réalité refuser d’avancer.

Abattez votre ego. Il vous pousse à vouloir vous venger. Il vous pousse à souhaiter du mal à quelqu’un. Il vous pousse à devenir jaloux. Il anime des sentiments néfastes et alimente une pensée négative qui ne fera que vous nuire.

Le pardon a été libérateur pour moi. Il m’a permis d’avancer dans la vie le cœur et l’esprit légers, sans une once de rancœur. Je me suis dis qu’écrire un article à ce sujet pourrait peut-être aider certaines d’entre vous.

Alors, comment pardonner ? Je vous livre mes astuces !

blog développement personnel

1/ Faites preuve d’empathie.

Attention, pardonner ne veut pas dire revenir avec votre ex qui vous maltraite ou accepter de subir les humiliations incessantes d’un proche qui vous méprise. Non.
Pardonner c’est avant tout essayer de comprendre, car tout, absolument tout, peut s’expliquer. Abattez vos croyances qui consistent à voir la vie en blanc ou en noir et acceptez de voir les choses en gris. Personne ne naît méchant et vous savez pourquoi ? Car toutes les personnes que vous jugez méchantes sont simplement des personnes malheureuses.

Trop facile me direz-vous ? Je pense que c’est tout le contraire. Il est facile de mettre les gens dans des cases. Il/elle est méchant, Il/elle m’a déçu; alors que faire l’effort de comprendre et de gratter derrière la surface requiert de l’humilité, de la compréhension et de l’humanité.

2/ Prenez conscience de vos propres erreurs

Vous devez accepter que personne n’est parfait, vous y compris. Faites un travail sur vous-même, remettez-vous en question. Même si vous avez l’impression de ne jamais rien avoir fait d’aussi grave que ce que vous reprochez à quelqu’un, creusez. Vous avez sans doute déjà blessé plus d’une personne dans votre vie, volontairement ou non.

3/ Mettez tout le monde sur un pied d’égalité

N’avez-vous jamais remarqué que l’on se trouve toujours des excuses quand on fait des erreurs ? Je n’ai pas d’enfants, mais j’ai constaté que les gens trouvent également toujours des excuses à leurs enfants. Leurs arguments sont très souvent les mêmes : Il a eu une vie difficile / Il n’a pas eu de chance / On lui a fait du mal / Il a un bon fond / Il a peut-être fait ça, mais il ne ferait jamais ça / Ce n’est pas de sa faute.

Je trouve sincèrement cela merveilleux. C’est une belle preuve d’empathie, d’intelligence et d’amour.

Alors, si on décidait de traiter tout le monde avec autant de bienveillance que l’on se traite soi-même ou que l’on traite nos enfants ? Cherchez les bons côtés, reconnaissez qu’il y a forcément une raison à ce comportement ou ces actes, admettez que cette personne qui vous a fait du mal puisse avoir du cœur même si elle a brisé le vôtre.

4/ Réalisez-vous

Vous recentrer sur vous-même, vous réaliser est la meilleure manière d’atténuer votre rancœur et d’avancer sur la voie du pardon. En effet, les gens malheureux ont beaucoup plus de mal à pardonner. Ils ressentent un sentiment d’injustice. Accomplissez-vous. Le bonheur donne des ailes et aide à pardonner. Les gens heureux n’ont pas le temps de se préoccuper des choses négatives.

Lire Comment vivre dans le présent ?

5/ Inspirez les autres

On croit souvent, à tort, que se venger est la meilleure solution pour faire prendre conscience à la personne qui nous a fait du mal de ce qu’elle a fait. C’est faux. C’est même tout le contraire. Vous alimentez un cercle vicieux, sans fin. A contrario, en vous accomplissant, en passant au-delà de tout ça et en émanant des vibrations positives autour de vous, vous allez pouvoir inspirer les autres. Et par les autres, j’inclus les personnes qui vous ont fait du mal.

Ne refusez jamais une main tendue ou des excuses. Si une personne vous a causé du tort, vous devez pardonner pour pouvoir avancer. Croyez-moi, garder de vieilles rancœurs ne vous mènera nulle part.

blog développement personnel

blogueuse développement personnel

Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivre:

12 Commentaires

  1. Aipaminomdas
    7 novembre 2018 / 18 h 37 min

    Pour pardonner, il faut être deux (au moins). Il faut que les deux acceptent cette idée, cette volonté de pardonner. Si l’un refuse, pas frontalement peut-être, le pardon est utopique. Que faire alors ?

    Merci de ta réflexion pleine de sérénité.

    • 20 novembre 2018 / 17 h 03 min

      Ce n’est pas l’idée que j’ai du pardon. Par « pardonner » je n’entends pas « renouer les liens avec quelqu’un », j’entends « enlever sa colère, comprendre et avancer l’esprit apaisé, libre de toute colère ».
      Il faut être deux lorsqu’il y a une volonté de renouer, de reconstruire quelque chose avec un proche par exemple. Dans ce cas, si la personne s’entête et refuse de faire un pas vers le pardon, alors mon conseil est : pardonne de ton côté, ne lui en veut pas, mais prend tes distances et passe à autre chose. Il ne faut pas s’entourer d’esprits négatifs ou de personnes qui vous font plus de mal que de bien 😉

  2. 17 novembre 2018 / 15 h 47 min

    Loin d’etre facile et d’accord avec un commentaire ci-dessous qui dit qu’il faut quand même être 2 dans la démarche. Pour autant je trouve tes conseils pleins de bon sens et de positivité : à méditer !

    • 19 novembre 2018 / 17 h 20 min

      Justement, toute la difficulté est de pardonner alors même que l’autre n’est pas dans cette démarche. C’est juste la théorie, la pratique est bien entendu difficile… XD

  3. Ksrine
    24 novembre 2018 / 9 h 12 min

    Pardonner faut tu le sent en toi pour tu sois libérer, ben il y a des trucs impardonnables facile à dire pardonner mais en réalité c’est un long processus et douloureuse si tu affronte mais ta beau affronter essayer mais des blessures intérieur vont toujours rester là les dommages sont fait je bx bien pardonner mais mon coeur mon mental son loin de pardonner

    • 6 décembre 2018 / 13 h 25 min

      En effet, c’est très difficile, je ne dis en aucun cas le contraire. Mais je reste persuadée que lorsqu’on est véritablement heureux, les cicatrices du passé se referment.

  4. Rouleaux
    19 décembre 2018 / 10 h 52 min

    Bonjour,
    Il est peut être plus « facile » de pardonner les autres lorsque l’on s’est pardonné soi-même.

  5. sb
    25 décembre 2018 / 23 h 05 min

    comment pardonner à mon fils ainé qui nous renie(son frère et moi),sachant que père absent car décédé quand il avait 3 ans? Il ne travaille pas ,je doute qu’il poursuive ses études.
    Il vit à 30km de notre domicile grace à une rente.
    J’attends des excuses et une explication de sa part pourquoi il agit ainsi.
    Je suis très inquiète et déprimée,je n’arrive pas à penser à autre chose

    • 26 décembre 2018 / 14 h 37 min

      Bonjour,
      Je ne suis pas la personne la mieux placée pour vous conseiller. De nombreux professionnels proposent leur service pour aider les gens en dépression. Mon article explique simplement qu’il est important de pardonner les gens qui nous blessent, même s’ils ne souhaitent pas s’excuser. Le pardon est libérateur. Pardonner votre fils vous oblige à essayer de le comprendre. De plus, le tort est rarement d’un seul côté. Vous êtes la mère : n’attendez rien de votre fils ou vous le braquerez. Il vous reproche peut-être quelque chose dont vous n’avez pas conscience ? Il attend lui aussi des excuses ? Il a besoin de souffler ? Il souffre mais il n’ose pas en parler ? Les hypothèses sont nombreuses, mais vous êtes la seule à pouvoir connaitre la réponse. Chassez votre colère. Seule la compréhension pourra régler ce type de conflits. Courage dans cette épreuve.

  6. Delessert
    24 avril 2019 / 18 h 11 min

    Merci beaucoup pour cet article. Peu de personne parle du pardon et pourtant c’est une réalité qui libère.

    Quand je pardonne, cela ne veut pas dire que j’oublie ou que je suis d’accord avec ce que l’autre personne a faite. Mais je choisis de lâcher prise sur ce qui m’a blessé (que cela soit une petite égratignure ou une immense plaie). Cela peut prendre du temps et parfois je dois pardonner plusieurs fois mais cela en vaut tellement la peine. Avec un peu de pratique, j’apprends à pardonner plus vite (même si l’autre personne ne s’excusera jamais) et j’empêche ainsi l’amertume et la rancœur de s’installer et de faire des dégâts encore plus grands en moi.

    Le plus difficile pour moi c’est de me pardonner…

    Il y a plusieurs citations sur le pardon qui me parle, et en particulier celui-ci :
    « Quand tu choisis de pardonner à ceux qui te font du mal. Tu supprimes le pouvoir qu’ils ont sur toi ».

    En cette période de Pâques, je ne peux m’empêcher de penser à Celui qui sur la croix a dit « Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Quel magnifique exemple…

    • 25 avril 2019 / 9 h 39 min

      Marianne,

      Merci pour ton commentaire qui m’a profondément ému. Tes mots sont justes et puissants. Nous sommes incontestablement sur la même longueur d’onde puisque tu as compris mon message dans toute sa globalité. Être comprise est une sensation des plus agréables.

      Effectivement, pardonner est libérateur. Il ne s’agit pas de se soumettre à quelqu’un qui nous cause du tort. Il ne s’agit pas d’autoriser un comportement néfaste. Il ne s’agit pas de donner raison à ce qui est mal. Il s’agit simplement de lâcher prise et de choisir de ne pas se laisser égratigner, comme tu l’as si bien dit. Garder des rancœurs nous garde dans une vibration négative qui ne nous apportera que du négatif (nous attirons ce que nous vibrons).

      Par ailleurs, je rencontre la même difficulté que toi : si j’ai appris à pardonner aisément au fil des années, me pardonner reste une étape difficile. Pourtant, je pense que se pardonner soi-même est sans aucun doute la clé du bonheur. Si nous nous culpabilisons sur nos erreurs, nous nous auto-sabotons. Comment avancer si notre inconscient nous dicte que nous ne méritons pas le bonheur ? Nous ne le pouvons pas.
      Je me demande parfois si refuser de se pardonner n’est pas un prétexte inconscient pour justifier notre peur d’avancer « je ne mérite pas –> je ne peux pas –> je ne fais pas ». Peut-être que la solution est tout simplement de se jeter à corps perdu dans cette belle expérience qu’est la vie et de ne plus craindre l’inconnu ?

      Belle journée <3

Répondre à Delessert Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *